Association des Amis du Musée de la Résistance de Châteaubriant

Association des Amis du Musée de la Résistance de Châteaubriant
 Accueil  > Collections  > Fonds André Bompol

Fonds André Bompol

Publié le Samedi 25 mai 2013, actualisé le 21 août 2017.

Fonds André Bompol - AMRC/ Musée de la Résistance nationale.

JPEG - 42.5 ko

André BOMPOL, né à Quimperlé le 28 décembre 1922, a eu dix-huit ans en décembre 1940 ; il était entré en résistance depuis juin 1940.


Pistolet allemand

En Allemagne du sud, au cours d’un combat, André Bompol a récupéré un pistolet allemand. En 1945, il conserve cette arme comme objet personnel [1].

JPEG - 58.2 ko
Pistolet Luger P 08 Erfurt
Longueur 21,3cm X Hauteur 14cm X Épaisseur 3,8cm

Pistolet Luger P 08 Erfurt , il porte le N° 7105 sur le canon, le n°789 sous la crosse et les autres pièces le n°05.
Les dates 1918 et 1920 sont gravées sur le canon ainsi que 4 poinçons (dont 2 identiques).


Valise en bois

Cette valise en bois peint, avec une poignée en cuir, a été réalisée par un soldat et offerte au brigadier André BOMPOL, conducteur de char de la Cinquième DB (Division Blindée) de la Première Armée française, commandée par le général de Lattre de Tassigny. Des deux débarquements du 6 juin et 15 août 1944, jusqu’à la capitulation allemande du 8 mai 1945, la Première Armée française a participé à la libération du territoire français, aux côtés des Alliés anglo-américains, à la guerre contre l’Allemagne nazie sur son propre sol, jusqu’à la capitulation allemande.

JPEG - 131.8 ko
Valise en bois aux armes de la 5e DB
Longueur 62cm X Hauteur 20cm (sans la poignée) X Épaisseur 37cm

La Première Armée française a été constituée par le général de Lattre de Tassigny, en Afrique, le 31 juillet 1943, par la fusion d’éléments des FFL et d’unités de l’armée d’Afrique (dont 50% de maghrébins), restées fidèles au gouvernement de Vichy jusqu’au débarquement allié du 8 novembre 1942. Elle réussit le débarquement en Provence le 15 août 1944 et libère progressivement la France, en remontant le long de la vallée du Rhône. Elle est renforcée par la fusion avec les FFI (114 000 hommes), décidée par un décret du 23 septembre 1944 et par la jonction avec la Deuxième DB du général Leclerc, en décembre 1944. La division blindée du général Leclerc combat dans les rangs de la Première armée jusqu’au 10 février 1945.
La Première Armée française libère Colmar, le 2 février 1945, entre dans Strasbourg, franchit le Rhin, pénètre en Allemagne du sud, prend Karlsruhe, Stuttgart (21 avril 1944), Ulm et Sigmaringen (24 avril 1945) où une partie du gouvernement de Vichy avait été transférée, et poursuit jusqu’à la libération de l’Autriche.
Le 24 avril, la Première Armée française prend le nom « Rhin et Danube ». Le général de Lattre de Tassigny commande alors à un officier, artiste et maquettiste, Gérard Ambroselli, la création de l’insigne « Rhin et Danube » pour identifier cette armée française et consacrer la réussite de l’amalgame entre l’armée d’Afrique, les unités de FFI, FFL et de jeunes volontaires engagés [2].
L’insigne reprend les couleurs de Colmar, l’or de la masse d’arme au centre, les quelques lignes bleues symbolisent les flots du Rhin, du Danube et ceux de Saint Tropez, rappelant le souvenir du débarquement du 15 août 1944.
Sur la valise, à gauche de l’insigne « Rhin et Danube », se reconnait l’insigne de la Cinquième DB : un losange blanc, entouré de bleu et de rouge, sur lequel se détache un cheval cabré, repris des armoiries de la ville de Stuttgart, après le 21 avril 1945. Les insignes sont surmontées de l’inscription « France d’abord », devise de la Première Armée, qui a joué un rôle militaire et politique de premier plan en participant à la libération de la France et à la défaite de l’Allemagne nazie. A Berlin, le 9 mai 1945, au moment de la signature de la capitulation allemande, c’est le général de Lattre de Tassigny qui représente la France [1].


Casque lourd

JPEG - 266.5 ko
Casque lourd

Le casque du brigadier André BOMPOL, aux couleurs de la Cinquième Division Blindée, sans le cheval cabré, qui n’est ajouté qu’après la prise de Stuttgart, le 21 avril 1945. La Première Armée française comprenait cinq divisions d’infanterie, des éléments non endivisionnés dont quatre groupements de Tabors marocains et seulement deux divisions blindées permanentes (Première et Cinquième DB) [1].


Protection de conducteur de char

JPEG - 310.4 ko
Protection de conducteur de char

Le conducteur de char M3 de la Cinquième Division Blindée, André BOMPOL, a été cité à l’ordre du régiment et décoré de la croix de guerre avec étoile de bronze, pour ses faits d’armes au cours d’un combat, en Allemagne du sud, le 30 avril 1945 [1].


Bannière du 100e anniversaire du poète Hölderlin

JPEG - 269.9 ko
Bannière du 100e anniversaire du poète Hölderlin
115cm X 20cm

Boîtes de films

JPEG - 405.1 ko
Boîtes à films
Hauteur 5,4cm X Diam. 4cm

Il s’agit de films "diapositives" en noir & blanc servant certainement de propagande du parti nazi, voir de documentation pour un journal !


Témoignage sur André Bompol réalisé par sa fille Maryvonne Bompol.

Un exemple d’engagement ! (pdf - 2.4 Mo) Témoignage sur André Bompol.


P.-S.

- © Photos d’objets Patrice Morel.
- Autres photos « fonds André Bompol » : © Fonds André Bompol - AMRC/ Musée de la Résistance nationale.

Notes

[1Texte écrit par Maryvonne Bompol, fille d’André Bompol.

[2Voir le site de la fondation Rhin et Danube

  • La défaite de 1940, le bruit des bottes allemandes vont soulever des engagements individuels puis collectifs contre l’Occupant et contre Vichy. Les (...)
    6 octobre 2017
  • Depuis plusieurs années, France Bleu Loire Océan relaie régulièrement les initiatives du Musée de la Résistance de Châteaubriant. Depuis peu, ce (...)
    27 septembre 2017
  • ATTENTION : Pour cause de travaux, le site de la Carrière des Fusillés sera fermé au public du 25 septembre au 13 octobre 2017. Le musée reste (...)
    15 septembre 2017

Toutes les actualités

S'identifier | S’inscrire